CARRE GAIADès son origine, l’Observatoire de la Côte d’Azur a été très fortement impliqué dans la mission Gaia. A l’image de François Mignard, directeur de recherche CNRS, UMR Lagrange (CNRS-UCA-OCA), qui a été le responsable du Gaia Data Processing and Analysis Consortium (DPAC*) de sa création en juin 2006 au 30 septembre 2012. François Mignard est aujourd’hui membre du Gaia Science Team.


Depuis plusieurs années, un groupe de chercheurs de l’UMR Lagrange et de l’Observatoire de la Côte d’Azur, aujourd’hui coordonnée par Paolo Tanga, astronome à l’Observatoire de la Côte d’Azur, est mobilisée sur l’analyse des données Gaia et sur la préparation de leur exploitation, des astronomes aux ingénieurs informaticiens. Près de vingt personnels répartis dans les équipes Stellaire, Planétologie et Galaxie du laboratoire œuvrent pour l’exploitation scientifique des données récoltées par le satellite Gaia.

La participation de ces équipes à la préparation du troisième catalogue Gaia (DR3) prévu en 2022 est très significative. Des relevés massifs de paramètres astrophysiques ont été étudiés : étoiles, galaxies et quasars, orbites des objets du système solaire, morphologie des objets extra-galactiques, systèmes binaires.  Actuellement, ils se consacrent aux dernières optimisations des programmes informatiques qui produiront le catalogue DR3. Ce travail s’effectue en étroite relation avec le CNES, un centre de traitement du DPAC.

Le jeudi 3 décembre 2020, la mise à disposition de la l’EDR3 (Early Data Release 3), première partie du troisième catalogue, concerne les données astrométriques, photométriques et les vitesses radiales. A cette occasion, une conférence de presse a été organisée et un communiqué diffusé. Une conférence grand public a également été enregistrée.

Au sein du Laboratoire Lagrange (CNRS-UCA-OCA), plusieurs aspects de EDR3 ont été traités : de la détermination des vitesses radiales à la validation de la photométrie. Deux articles scientifiques officiels du DPAC avec une forte implication de l’UMR Lagrange seront publiés avec la EDR3 : sur l’accélération du Système Solaire (François Mignard), et sur le voisinage du Soleil en direction opposé au centre galactique (George Kordopatis).

*Qu’est-ce que le DPAC ?

Le DPAC, ou Consortium de traitement et d’analyse des données Gaia, rassemble scientifiques, développeurs de logiciels et spécialistes du traitement des données. Il a la responsabilité du traitement des diverses données de Gaia (données d’opération du satellite et de l’instrument, données astrométriques, photométriques et spectroscopiques) et de la publication des Catalogues Gaia successifs, catalogues intermédiaires et catalogue final qui reprendra le traitement de l’ensemble des données Gaia. Le DPAC est organisé en neuf Unités de Coordination (CU).

Les personnels de l’UMR Lagrange (CNRS-UCA-OCA) impliqués

Thématique Galaxie

  • Alejandra Recio-Blanco, astronome, est responsable de la chaîne de traitement « GSPSpec » (abondances chimiques et températures).
  • Patrick de Laverny, astronome, Georges Kordopatis, astronome adjoint, Mathias Schultheis, astronome, collaborent à « GSPSpec ».
  • He Zhao, doctorant, Gabriele Contursi, doctorant, Pedro Alonso Palicio, post-doctorant et Eloisa Poggio, post-doctorant, développent leurs recherches en relations avec « GSPSpec ».

Thématique planétologie

  • Paolo Tanga, astronome, est chargé de la coordination de CU4 pour le traitement des données du Système Solaire au sein du DPAC et responsable du projet Gaia à l’OCA.
  • Marco Delbo, directeur de recherche CNRS, est responsable du traitement de la spectrophotométrie des astéroïdes.
  • Francois Mignard, directeur de recherche CNRS, est expert des systèmes de référence, du traitement des petits corps et de la mission Gaia en général.
  • Joao Ferreira, doctorant, travaille à l’exploitation de l’astrométrie Gaia pour l’étude des occultations stellaires.
  • Benoit Carry, astronome adjoint, coordinateur pour les alertes des astéroïdes (réseau Gaia-FUN-SSO).

Thématique stellaire

  • Orlagh Creevey, astronome adjointe, est coordinatrice de la CU8 « Astrophysical Parameters » et responsable de la chaîne de traitement « Flame » (masses et âges des étoiles). Elle a participé à la validation de la photométrie pour la EDR3.
  • Frédéric Thévenin, directeur de recherche CNRS, est membre de l'équipe de management de la CU6 pour les spectres à haute résolution de l’instrument RVS. Il a été impliqué dans la validation des vitesses radiales dérivées de RVS pour la EDR3. Il travaille également pour la CU8, chaîn de traitement « Flame ».
  • Andrea Chiavassa, chargé de recherche CNRS, est membre de la CU8 pour les données auxiliaires.

Ingénieur.e.s

  • Christophe Ordenovic, ingénieur de recherche, programmation Java, principalement pour des activités de la CU8 (« FLAME », « GSPSpec »)
  • Laurent Galuccio, ingénieur de recherche, programmation Java et support pour la validation pour les thématiques « Solar System Objects » et « Extended Objects ».
  • Inna Slezak, ingénieure de recherche, support pour les activités de la CU8 et la CU4.
  • Bernard Pichon, ingénieur de recherche, support scientifique pour « FLAME ».