Mesocentre4ws.jpg

Un groupe transverse Calcul Haute Performance (HPC) a été créé au démarrage du laboratoire Lagrange, le calcul numérique massif étant un axe fédérateur autour du calcul parallèle, des techniques d'analyse de données et de visualisation.

Ce groupe est dirigé par Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Elena_Lega_s.jpg

La mise en œuvre de l’IDEX Jedi à l’Université Côte d’Azur (UCA) représente une véritable opportunité pour créer une fédération de recherche entre les différents acteurs locaux autour de la modélisation et de la simulation High Performance Computing (HPC) des problèmes de mécanique des fluides et des plasmas. Notre Laboratoire joue u n rôle moteur dans cette dynamique de rapprochement entre les équipes de l’Observatoire de la Côte d’Azur, de l’INRIA, de l’École des Mines et de l’Université de Nice Sophia Antipolis. Le laboratoire Lagrange joue aussi un rôle moteur dans UCA en participant au comité de pilotage du Centre pour la Modélisation, la Simulation et les Interactions, le conseil scientifique de l’Académie d’Excellence Systèmes Complexes et le conseil académique de la ComUE.

Pour les travaux en théorie et simulations numérique, les différentes équipes du laboratoire s’appuient massivement sur le Mesocentre de Calcul de l’OCA, le centre national IDRIS, et PRACE au niveau européen. La simulation numérique reste un outil de recherche incontournable au sein de notre laboratoire, en particulier pour ce qui concerne les thématiques de «planétologie» (fluides et poussières dans les disques protoplanétaires, dynamiques des petits corps dans le système solaire), «turbulence fluide et plasma» (turbulence fluide, magnétohydrodynamique, effet dynamo, plasma du vent solaire, particules inertielles), cosmologie» (formation des galaxie, dynamiques des galaxies et de ses constituants chimiques, rôle des trous noirs centraux) et «physique stellaire» (magnéto-convection et transfert de rayonnement). Bien que les outils de simulation ne soient pas les mêmes, et dépendent fortement du système physique concerné (des systèmes fluides et turbulents, aux systèmes discrets à n-corps), les problématiques liées à l’efficacité du calcul (utilisation de calculateurs massivement parallèles) et les algorithmes utilisés sont souvent similaires. Une similitude encore plus évidente se retrouve dans les outils de traitement de données et de visualisation : compte tenu de la masse des données traitées actuellement, et du challenge posé par la visualisation des données 3D, il est important de mettre en commun les efforts de développement de ces outils. Là encore, la perspective de la Maison de la modélisation, de la simulation et des interactions au sein de l’Idex-Jedi permettra au HPC de trouver le terreau nécessaire à son épanouissement.

Mesocentre3ws.jpg

Aller au haut