logo academie scienceDeux chercheurs de l'Observatoire de la Côte d'Azur sont récompensés par l'Académie des Sciences, tant pour la qualité de leurs travaux que leur forte implication dans des projets scientifiques internationaux. François Mignard, directeur de recherche émérite au CNRS, laboratoire Lagrange (CNRS-Université Côte d’Azur-Observatoire de la Côte d'Azur), recevra le prix CNES Astrophysique & Sciences Spatiales 2019 et Gilles Métris, astronome au laboratoire Géoazur (Université Côte d’Azur, Observatoire de la Côte d'Azur, CNRS, IRD) sera lauréat du prix Servant 2019, lors d’une cérémonie qui se tiendra le 15 octobre sous la coupole de l’Institut de France.

 

vignette beta pictoris 082019Une équipe d’astronomes dirigée par Anne-Marie Lagrange, chercheuse du CNRS à l’Institut de planétologie et d’astrophysique de Grenoble (CNRS/Université Grenoble Alpes)1, a découvert une seconde planète géante autour de β Pictoris, une étoile relativement jeune (23 millions d’années) et proche (63,4 années-lumière), entourée d’un disque de poussières.

AD LOGO BLOG NAVLors du scann régulier du ciel par Gaia, le satellite observe non seulement les étoiles mais également tout ce qui se trouve dans ses limites de détection et qui ne se déplace pas trop vite. Aux côtés des étoiles, Gaia observe également de nombreux astéroïdes. Si leur nombre était encore limité dans la deuxième publication de données d'Avril 2018, la troisième, attendue pour 2021, contiendra environ 100 000 astéroïdes avec astrométrie et photométrie, ainsi que des spectres à basse résolution pour quelques milliers d’entre eux. L'ESA profite de l'Asteroid Day pour nous présenter ces découvertes.

> Voir l'image de la semaine de l'ESA

Le prix Olivier Chesneauchesneau prize 2019 a été attribué à Jozua de Boer pour sa thèse de doctorat intitulée «Imagerie à fort contraste de disques protoplanétaires». Il est actuellement chercheur postdoctoral à l'Observatoire de Leiden aux Pays-Bas, où il a terminé son doctorat en 2018. Ce prix a été créé par l’ESO et l’Observatoire de la Côte d’Azur pour commémorer la vie et le travail de l’astronome pionnier Olivier Chesneau. Il est attribué tous les deux ans pour la meilleure thèse de doctorat réalisée dans le domaine de l'astronomie à haute résolution angulaire.

Ryugu« Nous vivons actuellement une période absolument extraordinaire ! Nous avons la chance de vivre et de participer à deux missions parallèles dont le but est le retour sur Terre d’échantillons d’astéroïdes potentiellement carbonnés ! » s’enthousiasme Patrick Michel, directeur de recherche CNRS, au laboratoire Lagrange (CNRS-UNS-OCA). Comme Marco Delbo, Directeur au CNRS, Guy Libourel, Professeur à l’UNS et Florian Thuillet, doctorant à l’UNS, tous les trois aussi au laboratoire Lagrange, Patrick Michel fait partie des équipes scientifiques de ces deux missions.

vignette MT180Du droit à la biologie en passant par l’astronomie et la philosophie, « Ma thèse en 180 secondes » représente cette capacité à faire comprendre à un auditoire non-scientifique et dans un temps limité, des sujets relativement complexes. La semaine dernière a eu lieu la finale azuréenne à Nice : trois jeunes chercheurs du laboratoire Lagrange (CNRS-UNS-OCA) étaient candidats afin de représenter la recherche en Sciences de l’Univers. Alban Ceau nous a parlé de l’interférométrie pleine pupille en exposant les limites et potentiel de la méthode Kernel. Romain Laugier quant à lui, a su expliquer au public les performances de la coronographie et de l'interférométrie, tandis qu’Adrien Broquet revient fièrement avec la médaille de bronze après son exposé sur l’histoire géologique de Mars vue depuis l’orbite.

LOGO HCEL’égalité entre les femmes et les hommes a été mise à l’honneur le 26 février 2019 lors de la signature de la convention d'engagement pour une communication publique sans stéréotype de sexe. Université Côte d’Azur, l'Université Nice Sophia Antipolis, le CNRS et l’Observatoire de la Côte d’Azur se sont engagés, aux côtés du Haut Conseil à l'Egalité entre les femmes et les hommes, à respecter ce principe fondamental en matière de communication.

> En savoir plus.

Ryugu vignetteSuccès total de l'opération de touch down and sampling d'Hayabusa 2, vendredi 22 février 2019 à 7:54 du matin (JSP). C'est à 300 millions de km de notre Terre qu'a eu lieu une opération à très haut risque: l’atterrissage de la sonde japonaise Hayabusa 2 sur l’astéroïde Ryugu avec pour objectif une première récolte d'échantillon de cet objet céleste. Quelques secondes ont suffi à la sonde pour réaliser cette opération extrêmement délicate avant de revenir sur sa position parking à 20 km de l’astéroïde, une nouvelle opération de récolte d’échantillon étant prévue pour le printemps 2019. Grâce à ces infimes quantités de matière d’astéroïde, de l’ordre de 100 milligrammes, qui reviendront sur Terre fin 2020, les scientifiques devraient notamment pouvoir déterminer la composition et retracer l’histoire de ce petit corps, intimement liée à celle de notre Système Solaire et notamment au stade de la formation des planètes et de l’émergence de la Vie sur Terre.

Aller au haut