Equipe Physique Stellaire et Solaire

Les axes principaux de l’équipe sont de faire progresser la connaissance de la structure interne, des atmosphères et des environnements d’étoiles.

L'équipe est coordonnée par Frédéric Thévenin Thevenin.jpeg

La découverte de phénomènes physiques stellaires et leur modélisation sont au centre de l'activité de cette équipe. Une activité plus récente s’est développée autour du couplage étoiles-planètes, aussi bien pour la détection que la caractérisation des systèmes. Nos domaines d’activités vont de la modélisation des processus (convection, oscillation, explosion) à travers notamment des simulations numériques lourdes (effectuées sur le mésocentre de calcul SIGAMM), jusqu’à la recherche sur des développements instrumentaux (AMBER, AMBER++, MIDI, MATISSE, VEGA, FRIEND, CESAR, SPHERE, SIRIUS, SPEED, PAIX …). Dans beaucoup de ses projets et développements, l'équipe stellaire de Lagrange est « leader » et très actif.

Les résultats de l'équipe sont largement utilisés pour faire progresser les études galactiques et extragalactiques, du Soleil jusqu'à l'Univers lointain avec les Supernovæ. Ils s'appuient sur plusieurs techniques d'observations, en particulier l'interférométrie, à laquelle on peut rajouter la spectrographie et l'imagerie, voire la photométrie temporelle. Ce sont des observations faites au sol pour l'essentiel. Il faut noter également l'effort important mené par quelques membres de l'équipe pour la préparation du satellite Gaia (membres des CU6 & CU8) et l'extraction du contenu d'information stellaire, mais aussi pour accompagner la publication des différentes versions du catalogue des résultats (CU9). L’étude de La variabilité des étoiles, par l’analyse d’observations au sol et dans l’espace (COROT, Kepler/K2, PLATO) est une thématique également très présente.

Les différents groupes de travail de l'équipe stellaire se distinguent en fonction des types d'étoiles (des jeunes jusqu'aux étoiles en fin de vie) mais ils ont en commun les méthodes d'observations et de modélisations dans lesquelles ils sont très impliqués, tant dans la définition et le développement de leurs instruments de travail : interféromètres et imageurs, spectrographes ou instruments spatiaux, que dans le développement des codes de simulations des étoiles froides avec ou sans champ magnétique ou chaudes avec ou sans environnement circumstellaire.

L'équipe stellaire du laboratoire Lagrange a une très forte visibilité nationale et internationale dont témoignent ses nombreuses collaborations et responsabilités, allant jusqu’au « leader-ship » dans des groupes de travail internationaux.

L’équipe Stellaire est constituée de 24 chercheurs permanents, dont 1 émérite. Nous avons typiquement une dizaine de thésitifs (3 nouveaux par an).

Une fois par semaine, un séminaire interne est organisé pendant lequel des articles récents sont discutés.

Aller au haut